Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mail du site

Vous voulez écrire à l'administrateur de ce blog, envoyez votre mail à l'adresse suivante:

 

freeparleur@yahoo.fr

Recherche

Page de démarrage

@

Archives

Ce qui élève l'âme

Vous trouverez ici des textes en prise avec l'actualité. Les rédacteurs s'inspirent de la Révélation d'Arès* pour essayer d'en donner un éclairage spirituel donc non polémique. Les pensées et réflexions sont celles du moment. De fait ce blog se lit comme on lirait un carnet de bord d'un créateur ou chercheur d'âme.

Merci de respecter un état d'esprit cordial si vous voulez faire  vos commentaires.

Vous pouvez aussi vous inscire à la newsletter qui vous informe de la parution d'un nouvel article.

Bonne lecture

* Pour une information sur ce livre cliquez sur ce lien:  http://michelpotay.info/index.html

21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 21:25

Cette réflexion, écrite à l'origine en commentaire à un article sur un blog (1) est finalement publié ici en article.

La crise financière, hélas toujours d'actualité, est un sujet difficile. Je ne suis pas un expert en économie mais je me risque à un début d’analyse.
Qu’est ce que l’économie réelle ou plutôt sur quoi repose une économie réelle ? Sont des questions que des observateurs se posent en analysant et commentant les crises financières. Mais je me pose pratiquement quelques questions.
Par exemple, si j’ai une société qui fabrique des tracteurs, comment je vais fixer le prix de mes tracteurs ? Selon le temps mis pour les fabriquer, en intégrant les charges sociales, le cout des matières premières et un profit pour que mon entreprise puisse continuer d’investir. Mais tout cela repose aussi sur des valeurs mouvantes et en grande partie sur du vent. Prenons par exemple les charges sociales (santé, retraite, aides aux plus démunis etc..) peut on prévoir qui sera malade et le cout pour guérir ces malades qu’il faudra soigner ? Ne parlons pas des cours du pétrole, sujet à fluctuations par ce que la demande est forte et les réserves minces au regard de plusieurs décennies. Quant à la production elle même dépendante de facteurs humains locaux ou de la météo (Typhon, tremblement de terre etc..) comme la crise possible au Venezuela, au Mexique ou au Nigéria. Il faut aussi sans cesse créer de nouvelles voies de communications et les entretenir etc…Tout cela à une certaine échelle ne peut que s’apprécier très très difficilement et très irrationnellement aujourd’hui. Il faudrait la mesure (Révélation d’Arès 25/9) et l’intelligence (Révélation d’Arès 32/5) pour estimer ces valeurs ou en donner un ordre de grandeur pondérable dans une fourchette raisonnable. Pour cela nous avons besoin de voir les choses selon des critères d’estimation qui ne soient ni hyper rationaliste mais réaliste, avec des statistiques et des prévisions qui ne sont de toute façon que des hypothèses d’une part et d’autre part en tenant compte d’un certain nombre de données que la Parole rappelle à Arès en indiquant que le renouvellement des ressources même : la Mine (Révélation d’Arès XXXV/17) dépend de l’Eau spirituelle et donc dépend des efforts de pénitence des hommes au sens de recréation joyeuse du monde pour la refaire rejaillir. De plus les trois quarts de l’économie reposent sur du superflu qui donne néammoins du travail à des millions d’individus. Dans notre génération comment parvenir à objectiviser toutes les données du problème ? On ne peut que rappeler le fond (XXXIV/7-9) humain et les interactions entre les éléments matérielles et spirituelles, entre l’économie perçue uniquement par le filtre matérialiste et l’économie générale du salut laquelle est encore impossible à embrasser en plénitude dans toutes les dimensions et interdépendances, mais dont il faut rappeler la voie par le retour à la Liberté absolue.(2) Sans liberté absolue le monde ne changera pas, car il n'arrivera pas à trouver de solutions sages et pratiques. Nous nous rendons donc compte que nous avançons dans la nuit (XX/15) comme des taupes (23/2) et qu’il faut à la fois ne pas céder aux vents de paniques totalement irrationnelles et rappeler que si l’or pourrit , le blé se vide et le feu s’éteint (XXVI/8) en d’autres termes si les énergies vont ou risquent de manquer et les valeurs « couler »comme l’annonce la Révélation d’Arès, ce n’est pas du fait d’un manque de réglementations, d’institutions et de vigilance des états comme certains le prétendent, mais d’un ensemble de valeurs et d’appréciations de ces valeurs que le système incarne et impose. Valeurs pour lesquelles, institutions et états ont largement contribué à favoriser la mise en place de façon quasiment hégémonique sur toute la planète. A tel point qu’il n’y a plus guère de place à court terme pour un discours et une expérience à grande échelle qui simplement déclarerait : « Nous voulons vivre sans trône ni marchand (Révélation d’Arès XVI/4) parce que nous voulons expérimenter une autre voie ». Cette aspiration serait classé hérétique par la politique. Mais dans cette citadelle close, il reste une faille ( XXXVI/1) que la pénitence et l'insurgeance peuvent montrer.

A propos d'économie réelle on peut d'ailleurs au passage se demander comment des états dont les caisses sont vides, endettés à des niveaux vertigineux, parviennent à renflouer ou combler des trous et redonner de la confiance à des investisseurs. C'est peut être l'illusion réelle, un nouveau concept, la lessive qui lave plus blanc que blanc comme disait Coluche. La sortie du système ne peut qu’être lente. Le manque d’intelligence spirituelle et discernement pour contrebalancer un monde qui ne voit trop que par les yeux de l’animal et plus du tout par l’âme (Révélation d’Arès 17/7 ). L’âme qu’il faut à tout prix faire naitre et développer en chacun avec réalisme. La crise et son issu sont en chacun de nous et l’âme (3) est le seul remède au naufrage du monde.


(1) http://le-jardin.over-blog.net/article-23663027.html

(2) Article "Liberté" pèlerin d'Arès 1993-1996

(3) http://freesoulblog.net/zjFt.html#anchorjHFt

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude D - dans Freeparleur
commenter cet article

commentaires

souldigg 13/11/2008 19:20

tu ecris "A propos d'économie réelle on peut d'ailleurs au passage se demander comment des états dont les caisses sont vides, endettés à des niveaux vertigineux, parviennent à renflouer ou combler des trous et redonner de la confiance à des investisseurs." ... et bien de lameme maniere que les banques ont créée tout cet argent virtuel. Une partie est emprunté sur les marchés financiers, l'autre est crée par un tour de passe passe du genre : je vous prete l'argent que vous allez me rembourser plus tard avec interet. la situation exigeait que l'on trouva une solution pour eviter au système de faire naufrage mais on ne fait que reculer pourmieux sauter car tot ou tard le réel nous rattrapera. c'est inevitable. Faut s'y préparer....