Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mail du site

Vous voulez écrire à l'administrateur de ce blog, envoyez votre mail à l'adresse suivante:

 

freeparleur@yahoo.fr

Recherche

Page de démarrage

@

Archives

Ce qui élève l'âme

Vous trouverez ici des textes en prise avec l'actualité. Les rédacteurs s'inspirent de la Révélation d'Arès* pour essayer d'en donner un éclairage spirituel donc non polémique. Les pensées et réflexions sont celles du moment. De fait ce blog se lit comme on lirait un carnet de bord d'un créateur ou chercheur d'âme.

Merci de respecter un état d'esprit cordial si vous voulez faire  vos commentaires.

Vous pouvez aussi vous inscire à la newsletter qui vous informe de la parution d'un nouvel article.

Bonne lecture

* Pour une information sur ce livre cliquez sur ce lien:  http://michelpotay.info/index.html

17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 22:02

Il est très difficile de parler de l’homme vu, ressenti, entendu, perçu, compris au travers d’une brève rencontre. Qu’est ce qui passent vraiment entre les hommes au delà des mots et des regards le temps d’une conversation ? Qu’est ce qui restera et continuera de vivre et peut être d’enfanter le nouveau monde ?

Parfois des impressions comme de grandes photos s’impriment en vous, des idées et des mots en échanges, mais quelle onde durable dans ces réflexions ? La mission arésienne pour l’apôtre qui s’adonne à cet exercice est de ces moments à la fois de joie et de connexion avec les profondeurs humaines. Parce que c’est la vie que cherche l’apôtre. La vie qu’il sait que quatre générations ne suffiront pas pour la retrouver (Révélation d’Arès 24/2). La vie ranimée qu’il hume comme l’embrun lointain dans la nuit et qui fait palpiter le cœur de celui qui retrouve la nostalgie de la Mer qu’il n’a pas vu depuis ces temps où le Créateur visitait la terre dans la fraicheur du soir (Genèse). Ou Adam avait la tête dans les étoiles et entendait  les anges avec le ressac. Parler des perspectives que la Révélation d’Arès évoque et fait entrevoir - dans l’agora, c’est un moment ou votre être pousse la porte de l’anonymat dans une rue grouillante ou déserte,  moment ou le respect humain policé grince sous une question essentielle qui vient sur vos lèvres et s’envole aux oreilles du quidam moyen que vous êtes et qu’est l’interlocuteur à qui vous vous adressez. 

Une question comme celle de l’existence de l’âme vous place ailleurs. Vous êtes les pieds sur terre et quelque chose de vous et de l’autre peut décoller et réaliser dans une fraction de temps combien l’homme est chaines qui concentrent énormément de ressources. Ressources qui nous lie à l’absolu comme aux choses presque insignifiantes, une mimique et votre esprit glisse ou plonge. L’énergie vient de ces mouvements ou votre détermination, votre volonté de revenir au Bien et votre envie d’aimer l’autre non pas sentimentalement mais dans une étreinte de Vie disparue depuis des millénaires, vous fait découvrir réceptacle de forces aussi gigantesques que vous êtes fragile. Comme si une fleur pouvait filtrer l’univers et dans une larme le ciel s’invitait.

Aujourd’hui  j’ai aussi regardé des grandes affiches d’une expo  autour du jardin du Luxembourg et j’ai frissonné  en voyant le visage de cet enfant couvert de la noire substance des piles que recycle ces gosses d’Asie travaillant de longues journées pour quelques menues monnaies. Mais j'ai aussi tremblé en voyant deux frères l’un palestinien et l’autre israélien s’invectivant à Jérusalem.   La Vérité c’est que le monde doit changer. (Révélation d’Arès 28/7) C’est aussi pour me pousser à changer que je vais parler à l’homme mon frère inconnu, la tension bénéfique comme la sève qui monte dans l’arbre et jette ses fleurs dehors en annonçant le printemps.

J’ai reçu cette photo d’une de mes sœurs de foi que je n’ai pas vue depuis longtemps. C’est un tableau qu’elle a peint pour illustrer la phrase du Livre « La femme à la paix ». (Révélation d’Arès XXVII/9) C’est donc l’occasion pour moi de la remercier et de lui rendre hommage pour son travail et au mot qui accompagnait son mail : Bravo et merci à toutes et à tous qui œuvrent au changement du monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude - dans Freeparleur
commenter cet article

commentaires

Didier 07/09/2008 20:00

Je suis très touché par ce beau témoignage quelle belle âme mon frère, j'aime aussi beaucoup cette peinture vraiment belle.Didier

catherine 20/05/2008 10:38

Il y a quelquechose dans votre article qui montre que la présence des pélerins d'Arès dans la rue où on les croise parfois ne peut se résumer au simple mot "prosélitisme" raccourci connoté négativement. C'est leur propre envie d'aimer réellement tous les hommes qui les pousse dans la rue, leur conscience que ce que vient rappeller le créateur dans la Révélation d'Arès c'est possible et c'est par là qu'en même temps les hommes sentent qu'il faut aller et en même temps n'y croient plus réellement. Je crois que quand vous allez parler dans la rue il y a de la communication de cette espérance  , comme si par votre bouche  soufflait de cette oxygène qui  ravive les braises qui ne sont pas complétement éteintes.