Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mail du site

Vous voulez écrire à l'administrateur de ce blog, envoyez votre mail à l'adresse suivante:

 

freeparleur@yahoo.fr

Recherche

Page de démarrage

@

Archives

Ce qui élève l'âme

Vous trouverez ici des textes en prise avec l'actualité. Les rédacteurs s'inspirent de la Révélation d'Arès* pour essayer d'en donner un éclairage spirituel donc non polémique. Les pensées et réflexions sont celles du moment. De fait ce blog se lit comme on lirait un carnet de bord d'un créateur ou chercheur d'âme.

Merci de respecter un état d'esprit cordial si vous voulez faire  vos commentaires.

Vous pouvez aussi vous inscire à la newsletter qui vous informe de la parution d'un nouvel article.

Bonne lecture

* Pour une information sur ce livre cliquez sur ce lien:  http://michelpotay.info/index.html

15 août 2007 3 15 /08 /août /2007 10:41

MLK-et-ROSA-PARK.jpg











On m'envoie régulièrement par mail des messages sur la non violence active avec des liens sur des vidéos faites d'interviews, de prêches, de discours d'hommes qui se sont illustrés dans ce domaine, comme Gandhi, Martin Luther King ou Tolstoî. Réfléchissant à l'impact que leur exemple a laissé, je reste très dubitatif. Le concept même de désobéissance civile qui pourrait avoir du sens, me paraît aujourd'hui dans beaucoup d'actions de type altermondialistes ou syndicalistes, plus proche de la volonté d'en découdre que de réelles solutions constructives. Ces hommes cités plus haut, aussi noble furent les causes qu'ils défendirent, restèrent ancrés dans la revendication politique. Même si pour Gandhi et MLK leur objectif était plus universel à long terme. Souligner l'échec de leur engagement n'est pas flétrir leur mémoire mais rappeler que le combat se situe ailleurs sur un autre plan.GANDHI.jpg

 

La politique veut des résultats immédiats notamment par l'acquisition de droits sociaux, à l'époque du combat pour les droits civiques et contre la discrimination cela avait du sens, mais aujourd'hui qui ne voit que la logique du droit est impuissante à résoudre quantités de problèmes humains si ce n'est pas la totalité des problèmes?

 

On voit bien que tout cela dégénère en conflits larvés de façon permanente, les frustrations ressentis ici et là ont pour cause la non réalisation de l'Etre dans sa plénitude existentielle. Plénitude que ne peuvent apporter les plans sociaux érigés en murailles légalistes. On ne soude pas un peuple par des lois mais par l'Amour du prochain, c'est à dire par une vie, une conscience et donc une interaction organique laquelle sous entend le risque de la liberté, l'effort, la grandeur d'âme et non des valeurs d'enrégimentement et de massification comme la politique avorton de la religion le voit encore.

 

Les effets concrets de la pénitence que rappelle la Révélation d'Arès (Veillée 28,25) en donnant à ce mot le sens dynamique et joyeux oublié, ne deviendront palpables que très lentement après plusieurs générations d'hommes et de femmes qui auront sués à ce labeur (Veillée 31,6). C'est à l'intérieur même de l'individu que se prépare le changement du monde. Le blé mûr (Veillée 31,7) de l'intelligence (Veillée 32,5) a besoin d'être gerbé (Veillées 5,2 - 13,7- 14,2- 38,5), retourné dans la grange (Veillée 6,3). La grange cadre simple ou se stocke le bon grain. Le grain, image que donne la Révélation d'Arès de la richesse spirituelle qui nourrit. Le système vous prend et vous conditionne, vous apprête selon le goût de quelques princes du culte (Veillée 2,21) politique, financier, religieux etc... qui ont toujours l'art d'accommoder tout ce qui peut servir leurs intérêts.

 
Sans aucun doute concevoir un autre monde est difficile pour une génération imprégnée par les soucis et tout ce que ces soucis sont constitués: chômage, peur du lendemain, tracasseries innombrables. C'est pourquoi il est nécessaire d'ascensionner (Veillée 16,2 - 38,5), de monter en soi pour regarder les problèmes avec un oeil neuf, avec le regard de celui qui lentement sent mieux qu'il ne peut l'expliquer, sa nature et sa profondeur d'homme qu'il découvre en vivant le Bien (Veillée 12,3).

 

J'entendais hier dans ma voiture à la radio, ce devait être sur France Culture ou France Inter, certaines interventions de militants ou partisans politiques débattant sur le droit de grève. Les arguments idéologiques de gauche ou de droite servant davantage à dresser les uns contre les autres, tout cela sur fond de revendication politicien,BOB-MARLEY.jpg

 

je me demandais si notre pays allait encore connaître ces longues grèves qui accélèreraient sa chute économique ? J'ai éteint la radio et j'avais plutôt envie d'écouter « Lively up yourself » de Bob Marley. Histoire d'oublier la violence que produit le mensonge politique que j'aurai aimé fuir très loin.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude D - dans Freeparleur
commenter cet article

commentaires

marie 04/12/2007 20:45

A jean claude CJe pense qu'il y a plus de rapport entre ce que vous avez écrit et ce que j'ai essayé de vous dire que vous ne le pensez ;  vous dites que le combat se situe ailleurs sur un autre plan et vous avez complètement raison et vous dites aussi qu'on ne soude pas un peuple par des lois mais par l'amour du prochain et je pense aussi que c'est la solution à la résolution de tous nos problèmes.Continuez. L'amour est la seule solution.Marie

marie 08/10/2007 09:38

L'intelligence humaine peut faire une thèse sur n'importe quel sujet, elle peut aussi faire l'antithèse de ce même sujet et aussi sa synthèse. Donc l'intelligence ne peut être la réalité ultime puisque elle prend la couleur de ses propres points de vue généralement égoïste; La vérité est donc en dehors de l'intelligence et comme le dit Onajor :CE QU'ON APPELLE MORT N'EST PAS UN ACTE DE DELIVRANCE DEVANT LA  VIE MAIS UN ACTE DE REVOLTE DEVANT ES LOIS

Jean-Claude D 08/10/2007 21:40

Excusez moi marie mais je ne saisis pas le rapport entre votre commentaire et mon texte, il doit y en avoir un pour vous. Mes textes n'ont pas l'ambition de faire une thèse sur l'intelligence et encore moins sur la Vérité que mon faible lumignon (révélation d'Arès 32,15) ne peut embrasser. Les textes déposés ici ne sont que des réflexions d'un moment, ils n'ont aucune autre prétention que de partager quelque chose qui tient plus du jaillissement que d'une théorisation pour laquelle je me sens bien incapable. Et même si j'avais les capacités ce ne serait pas sur un blog qu'il conviendrait d'en exprimer la ou les pensées. Un blog implique la maitrise d'un style bref et concis. Si déja je parviens à partager un peu de lumière avec mes frères alors ce blog n'est pas totalement inutile. Je vous remercie d'avoir réagit sur cet article.

assunta 08/09/2007 22:19

Merci nicodème de votre réponse.La non-violence n'est pas une fin en soi je n'ai jamais dit cela. Elle n'est pas non plus une idéologie tout du moins elle ne doit pas l'être. Je sais ce que Dieu demande à Arès et j'essaie de l'appliquer. Sans changement intérieur profond on ne peut faire de grandes choses.Les black panthers ont reconnu certaines erreurs et avaient évolué positivement par la suite.assunta

Nicodème 04/09/2007 08:35

Ces commentaires sont assez longs et peu digestes mais intéressants. Assunta, bonjour, J'ai cru comprendre que vous mettiez en cause mon commentaire sur la pénitence, l'assemblée etc... Je dois d'abord lui dire que ce n'est qu'un extrait que le webmaster a repris d'un mail que je lui adressais. Je n'expliquais pas tout le processus du projet arésien, ce serait beaucoup trop long. Vous n'avez pas l'air de savoir ce qu'est la pénitence arésienne : ce n'est pas contrition, regrets ou remords de ses fautes, soit l'approche religieuse, statique et fausse, mais tout le contraire soit recréation de soi, dynamique d'ascension spirituelle, lutte contre son propre mal ou péché et accomplissement du Bien, bref une recherche de vertu. Comme vous dîtes, c'est le moteur. Et c'est le même moteur qui devrait animer les luttes sociales sur fond spirituel. C'est peut-être à ce niveau que les combats de Gandhi et de Luther King - qu'il faut saluer de toute façon c'est pour ça que je disais que c'était un peu raide de parler "d'échec" comme ça, sans explication fouillée, dans un article - sont passés à côté de l'essentiel car ils ont fait faire des progrès civils (ou politiques)mais ils n'ont pas transmis la graine de la pénitence (qui pourtant alimentait leur propre combat et stimulait leur intelligence politique), le Fond donc, ce qui seul fait que les hommes ne retombent pas toujours dans la même ornière d'un combat étroit, limité, conjoncturel, et s'en, tiennent là une fois la victoire acquise, qui ne voient plus l'universel comme objectif central, et qui s'accommodent d'identités secondaires : nation, ethnie, langue, droits, sexe, sexualité, socialisme, antilibéralisme, laïcité, etc., que sais-je encore ? La non-violence érigée en idéologie me paraît ressortir de la même vision étroite (même si j'en salue par ailleurs le courage). La non-violence n'est d'abord qu'un outil, pas une fin en soi: ce n'est pas une vertu. La vertu c'est de répondre au mal par le bien, de renoncer à la vengeance, mais les réponses sont multiples. Parfois, dans le relatif du monde, on ne peut que choisir le moindre mal. On peut se battre pour se défendre, parce qu'on n'a pas le droit de laisser exterminer son message, son témoignage s'il nous paraît essentiel pour l'avenir de l'humanité. C'est en cela que le sacrifice de Jésus fut néfaste. Jésus vivant trente ou quarante ans de plus, ça aurait apporté autre chose au monde en termes d'enseignement et d'exemple de vie qu'un pseudo-christianisme né des rapports de la spiritualité la plus haute avec le paganisme des berges de la Méditerranée. Jésus n'a sauvé personne en mourant sur la croix et il a laissé des apôtres quelque peu désemparés, même s'il est revenu les stimuler, mais pas assez de temps... De même si les indiens d'Inde avaient eu en face d'eux les nazis et non les anglais, je doute que les méthodes non-violentes auraient eu le même effet: ils se seraient faits zigouillés sans pitié. Enfin autre exemple, Mahomet qui lance sa "guerre sainte", dont on doit savoir qu'elle est d'abord la guerre contre son propre péché, mais qui a du la prolonger dans les faits (politiques) d'une guerre réelle, faite de razzias contre les Mecquois, simplement pour survivre, lui, son groupe et par là même préserver son Message, le Coran, le plus précieux. Que serait-il advenu de lui s'il n'avait pas lancé cette guerre, qu'il gagne, au reste contre beaucoup plus fort en nombre ? La non-violence est la façon naturelle d'être des pacifiques, ce que nous sommes, pourquoi en faire une idéologie ? Un dogme ? Une sorte d'absolu? Elle n'est qu'aspect - relatif- du grand combat spirituel. On n'ira pas attaquer qui que ce soit mais la violence reste un recours possible et envisageable en cas de nécessité extrême, besoin de se défendre et par la même de préserver le message essentiel qu'on incarne. Se laisser exterminés par exemple serait irresponsable au regard de l'histoire. Etre et vivre spirituellement va bien au-delà de la non-violence: il s'agit de lutter contre son mensonge (si répandu, si banal, à commencer par le mensonge à soi-même), contre son égoïsme, son individualisme, son indifférence, ses peurs, ses préjugés, son son impudicité, sa bêtise, etc., etc... Mais aussi sa colère, sa violence, ses impulsions quand elles sont gratuites, pulsionnelles, justifiée par l'ego, l'égoïsme, l'envie, la spoliation ou l'injustice. Une violence réfléchie, choisie comme dernier recours, peut parfaitement faire partie d'un choix spirituel même s'il vaut mieux chercher à l'éviter mais les autres ne nous permettent pas toujours de jouer notre meilleur rôle. On est dans le relatif. D'ailleurs vous parlez avec admiration des Black Panthers qui n'étaient pas (du tout) des non-violents que je sache, qui maniaient facilement la mitraillette, qui plus est, sous action de la drogue. Contradiction ? Qu'ils aient faits des choses nobles, tant mieux, mais en créant des hôpitaux et des écoles, ils n'ont pas fait plus que les gouvernements ne font pour édifier leurs citoyens et devenir plus forts; Ces actions répondent pas seulement à de bonnes oeuvres mais à une stratégie politique. On ne fait pas la guerre avec des éclopés et des incultes. Comme vous le voyez, je suis beaucoup plus réservé sur les Panters mais ceci est une autre histoire. Bonsoir Assunta, fraternellement Nicodème

assunta 27/08/2007 20:42

POUR NICODEMEMartin Luther King a définit 6 étapespour la mise en place de la Non-Violence ActiveTiré de “Letter from Birmingham Jai” (lettre de la prison de Birmingham) Penguin Books 1963 de Martin Luther King. Ces 6 étapes sont basées sur ses campagnes non-violentes, ses enseignements qui mettent l'accent sur la nécessité d'agir de façon non-violente pour des changements à la fois personnels et sociaux.Etape 1 : Recherche de l'informationEtape 2 : EducationEtape 3 : Engagement personnelEtape 4 : NégociationsEtape 5 : Action directeEtape 6 : Réconciliation Etape 1 : Recherche de l'informationPour comprendre et décortiquer un problème, une injustice faite à une personne, une communauté, une institution, il faut se documenter. Vous devez enquêter et rassembler toutes les informations vitales en provenance de tous les partis impliqués afin de pouvoir accroître votre compréhension du problème. Vous devez devenir expert sur la position tenue par votre (vos) occupant(s).Exemple :- Collecter les informations passées et présentes dans les articles de journaux, magasines, la radio, la TV.-  Apporter une expertise sur le problème- Faire des recherches documentaires en bibliothèque- Discuter avec d'autres personnes et faire des interviews- Rechercher sur internet Etape 2 : EducationIl est important d'informer les autres, inclus vos opposants sur le problème. Cela pour minimiser les incompréhensions et vous attirer le soutien et la sympathie de certains. Etape 3 : Engagement personnelContrôlez quotidiennement votre foi dans la philosophie et les méthodes d'action Non-Violentes. Supprimez les motivations cachées et préparez-vous à accepter de souffrir, si besoin est, dans votre travail pour la justice.   Etape 4 : NégociationsUtilisez la dignité, l'humour, l'intelligence pour vous confronter à votre adversaire en présentant une liste d'injustices, et un plan pour y remédier. Regardez ce qui est positif dans chaque action et déclaration que celui-ci fait. Ne cherchez pas à l'humilier mais suscitez le positif chez lui. Cherchez des solutions qui lui permettront aussi d'être gagnant. Etape 5 : Action directeDes actions sont menées pour forcer moralement l'adversaire à travailler avec vous à la résolution des injustices. L'action directe impose une “tension créative” dans le conflit. L'action directe est la plus efficace quand elle illustre l'injustice qu'elle vise à corriger.Il y des centaines de tactiques d'action directe, notamment :- Les boycotts et le refus d'acheter des produits- Les marches et ralllies- Les grèves et les débrayages- Les campagnes d'envois de lettres et de pétitions- Occupations de locaux, désinvestissements ou investissements selon- Refus politique par le vote.- ETC Etape 6 : RéconciliationPar la Non-Violence on cherche l'amitié et la compréhension de l'adversaire. La Non-Violence ne vise pas à la défaite de l'adversaire. La Non-Violence est dirigée contre les actes injustes commis par les institutions, les forces, les politiques oppressives, et non contre les personnes. “Une loi ne pourra jamais obliger un homme à m'aimer mais il est important qu'elle lui interdise de me lyncher” MLKMartin Luther King - Extrait du Wall Street Journal - 13 novembre 1962 ------------------------------------------------------------------------- Les 6 arguments en faveur du recours méthodique à la Non-ViolenceMartin Luther King - Extraits de "Combats pour la liberté" (1958)“Premièrement - La résistance Non-Violente n'est pas destinée aux peureux ; c'est une véritable résistance ! Quiconque y aurait recours par lâcheté ou par manque d'armes véritables, ne serait pas un vrai non-violent. C'est pourquoi Gandhi a si souvent répété que, si l'on n'avait le choix qu'entre la lâcheté et la violence, mieux valait choisir la violence. Mais il savait bien qu'il existe toujours une troisième voie : personne - qu'il s'agisse d'individus ou de groupes - n'est jamais acculé à cette seule alternative : se résigner à subir le mal ou rétablir la justice par la violence ; il reste la voie de la résistance Non-Violente. En fin de compte, c'est d'ailleurs le choix des forts, car elle ne consiste pas à rester dans un immobilisme passif. L'expression “résistance passive” peut faire croire - à tort - à une attitude de “laisser faire” qui revient à subir le mal en silence. Rien n'est plus contraire à la réalité. En effet, si le non-violent est passif, en ce sens qu'il n'agresse pas physiquement l'adversaire, il reste sans cesse actif de cœur et d'esprit et cherche à le convaincre de son erreur. C'est effectivement une tactique où l'on demeure passif sur le plan physique, mais vigoureusement actif sur le plan spirituel. Ce n'est pas une non-résistance passive au mal, mais bien une résistance active et non-violente.Deuxièmement - La résistance Non-Violente ne vise pas à vaincre son ou humilier son adversaire mais à gagner son amitié et sa compréhension. La Non-Violence veut engendrer une communauté de frères, alors que la violence n'engendre que haine et amertume.Troisièmement - C'est une méthode qui s'attaque aux forces du mal, et non aux personnes qui se trouvent être les instruments du mal. Car c'est le mal lui-même que le non-violent cherche à vaincre, et non les hommes qui en sont atteints.Quatrièmement - La résistance Non-Violente implique la volonté de savoir accepter la souffrance sans esprit de représailles, de savoir recevoir les coups sans les rendre. Le non-violent doit être prêt à subir la violence, si nécessaire, mais ne doit jamais la faire subir aux autres. Il ne cherchera pas à éviter la prison et, s'il le faut, il y entrera “comme un fiancé dans la chambre nuptiale”.Cinquièmement - Cette résistance Non-Violente ne se contente pas d'écarter toute violence extérieure et physique mais également toute violence intérieure de l'esprit. Le résistant non-violent est un être qui s'interdit non seulement de frapper son adversaire, mais même de le haïr. Le non-violent affirme que, dans la lutte pour la dignité humaine, l'opprimé n'est pas obligatoirement amené à succomber à la tentation de la colère ou de la haine.Sixièmement - Enfin, la résistance Non-Violente se fonde sur la conviction que la loi qui régit l'univers est une loi de justice. En conséquence, celui qui croit en la non-violence a une foi profonde en l'avenir, qui lui donne une raison supplémentaire d'accepter de souffrir sans esprit de représailles. Il sait en effet que, dans sa lutte pour la justice, il est en accord avec le cosmos universel. Il est vrai que certains partisans sincères de la non-violence ont de la peine à croire en un Dieu personnel. Mais ils croient à l'existence de quelque force créatrice agissant dans le sens d'un Tout universel. Que nous croyions à un processus inconscient, à un Brahmane impersonnel ou à un Dieu vivant, à la puissance absolue et à l'amour infini, peu importe : il existe dans notre univers une force créatrice qui oeuvre en vue de rétablir en un tout harmonieux les multiples contradictions de la réalité.”  Propos de Gandhi sur le désarmement :« … Si, comme il se doit (à moins d’accepter de courir au suicide), on veut voir s’amorcer en Europe un processus de désarmement général, il faut tout d’abord qu’une nation prenne l’initiative hardie de se désarmer elle-même et accepte d’en supporter tous les risques. Si cet heureux événement se produisait, le degré de non-violence atteint par cette nation serait naturellement si élevé qu’elle commanderait un respect universel. Ses jugements ne connaîtraient aucune hésitation. Ses décisions seraient sans appel. Grande serait son aptitude à se sacrifier de manière héroïque. Et sa volonté de vivre s’exercerait aussi au profit des autres nations que d’elle-même. Une chose est certaine. Si cette course folle aux armements doit se poursuivre, il ne peut y avoir d’autre issue qu’un massacre sans précédent dans l’Histoire. S’il en sort une nation victorieuse, sa victoire même lui permettra d’assister vivant à sa propre mort. Le seul moyen d’échapper à cette épée de Damoclès est d’accepter hardiment et sans réserve la méthode non-violente de résolution des conflits avec tout ce que cela comporte de glorieux. »MerciAssunta

freeparleur 27/08/2007 22:36

Réponse pour AssuntaVous pouvez très bien faire un lien vers votre site qui donne les explications que l'on trouve en grande partie dans votre commentaire.Cela prendrait beaucoup moins de place sur mon blog dans lequel je ne tiens pas forcément à faire la promotion de tel ou tel parti, mouvement, religion etc... dont je ne partage pas l'ensemble des points de vues. Car vos idées ainsi longuement exposées, vous m'imposez d'une certaine façon de faire la propagande de votre mouvement, lequel je ne suis pas adhérent. Merci donc d'en tenir compte.Jean-Claude